Paysages de France

Paysages de France
Le paysage, ça vous regarde !

Accueil / Actualités / Prix de la France moche 2022 : le palmarès

Prix de la France moche 2022 : le palmarès

08.11.2022

Communiqué de Paysages de France
Association agréée dans le cadre national au titre du Code de l'environnement,
indépendante des pouvoirs économique et politique 

Contact : contact@paysagesdefrance.org - 06 60 72 46 70 - 06 37 19 44 69

 

Comme chaque année, nous avons simplement proposé à nos adhérents de photographier un lieu qu’ils trouvaient « moche » dans leur environnement. Ce qu’ils n’ont pas manqué de faire. Les photos ont été triées, regardées, analysées et, ça y est, les choix ont été faits.

Le beau, le moche, c’est bien sûr subjectif. À chacun donc d’ouvrir les yeux et de porter son propre regard sur les lieux retenus. Il ne s’agit pas d’un classement des villes les plus moches, mais de quatre endroits de France, dans quatre communes de France, qui, pour nous, représentent un peu de la France moche.

Le palmarès 2022 : 

► Prix de la « campagne » publicitaire 

Avenue des Loisirs, Moussac (Gard)

Une avenue qui porte bien son nom : la lecture de tous ces panneaux permet aux automobilistes de ne pas s’endormir au volant et d’avoir tout « loisir » de choisir une activité. Bien vu !

 

► Prix de la « mise en lumière » du paysage 

Villard-de-Lans (Isère), pour son panneau d’information municipale

Merci à la mairie pour cet indispensable panneau numérique qui nous informe que nous sommes bien à Villard-de-Lans, qu’il est 16 h 35 et qui… nous montre le paysage qu’on pourrait voir s’il n’était pas là !

 

► Prix de la [ triste ] banalité : 

Zone commerciale d’Aubière (Puy-de-Dôme)

Participez à notre jeu : où se trouve cette zone commerciale ? (Indice : elle ressemble parfaitement à la plupart des zones commerciales de France.)

 

► Prix de l'agression du paysage « en Réunion » :

Chaussée Royale, Saint-Paul (la Réunion)

Trois doses de whisky, une dose de SUV : merci à la commune de Saint-Paul de nous offrir ce cocktail !

Les maires des quatre communes concernées ont reçu leur prix il y a quelques jours. Pas sûr qu’ils apprécient cette distinction. Il ne s’agit pourtant en aucun cas pour notre association de stigmatiser telle ou telle commune, mais bien de mettre en évidence des atteintes à des paysages urbains.

Pas d’inquiétude cependant : dans la plupart des cas, il est possible de remédier simplement à ce qui dénature ces paysages du quotidien : en instaurant ou modifiant un règlement local de publicité, en demandant aux préfets d’intervenir pour des publicités en infraction, ou en choisissant simplement de ne pas céder à la « modernité » d’un panneau numérique !

Gageons que ces prix 2022 continueront d'ouvrir les yeux de ceux et celles qui semblent se voiler la face au nom du progrès et de la modernité devant des zones commerciales tentaculaires, des rues saturées de panneaux publicitaires ou une bétonisation galopante…

Pour ne pas s’habituer à la laideur.

 

Téléchargements : 
Moussac (30) : le prix la photo
Villard-de-Lans (38) : le prix la photo
Aubière (63) : le prix la photo
Saint-Paul (974) :  le prix la photo

 

 

Retour sur les prix de la France moche 2021 

Que s’est-il passé depuis l’année dernière dans les quatre communes primées en 2021 ? La situation a-t-elle évolué ? Nous faisons le point.

- Dambach-la-Ville : à la suite de l’intervention de Paysages de France auprès de la préfecture, le panneau installé tout près d’un monument historique a été retiré.

- Montalieu-Vercieu : les panneaux illégaux d’entrée de ville ont été retirés par la DDT de l’Isère à la demande de l’association. Cependant, le maire de Montalieu-Vercieu lui demande des dommages et intérêts à hauteur de 3,5 millions d’euros pour préjudice à l’image de sa commune.

- Le Havre : la publicité pour l’alcool sur un grand nombre de mobiliers urbains n’a fait réagir ni le maire du Havre, ni JCDecaux qui semblent se satisfaire de cette situation.

- Migné-Auxances : notre demande de régularisation des publicités et enseignes illégales n’a pour l’instant pas été suivie d’effet. Mairie et préfecture refusent d’agir.