Paysages de France

Paysages de France
Le paysage, ça vous regarde !

Accueil / Actualités / Opération PANNEAUX ILLÉGAUX sur l'île de Noirmoutier

Opération PANNEAUX ILLÉGAUX sur l'île de Noirmoutier

21.06.2018

Communiqué de Paysages de France et de APP Vendée
Paysages de France : association agréée dans le cadre national au titre du Code de l'environnement, indépendante des pouvoirs économique et politique
paysagesdefrance.org
appvendee.fr

Contacts : 06 82 76 55 84 et 06 33 78 08 32

Opération « Panneaux illégaux »

Samedi 23 juin 2018 à 17 H

Île de Noirmoutier, D38, 50 m avant le rond-pont du Bonhomme, à La Guérinière
Coordonnées GPS : 46.96636,-2.21416

En Vendée, comme ailleurs, des pans entiers des paysages de bord de route continuent à être pollués et la loi bafouée alors même que les infractions concernées sont classées parmi les délits (article L. 581-34 du code de l’environnement).

C’est pourquoi Paysages de France et APP Vendée organisent le 23 juin 2018, de 15 h à 17 h 30, une opération symbolique au cours de laquelle des bandeaux « PANNEAU ILLÉGAL » seront posés sur des dispositifs en infraction.

L'île de Noirmoutier : polluée en toute illégalité

Le préfet n’a rien fait

En mai 2017, le préfet de la Vendée avait été saisi d’un certain nombre de cas d’infractions et demande lui avait été faite d’y mettre fin. Or, bien qu’il soit expressément tenu de mettre en œuvre les dispositions prévues par la loi à cet effet, le préfet n’a rien fait.

Rendre aux citoyens les paysages de bord de route pollués et dénaturés en toute illégalité

L’association demande donc au préfet de la Vendée et aux maires concernés, comme à tous ceux de France, de faire enfin respecter le code de l’environnement et de rendre aux citoyens les paysages de bord de route que s’approprient certains en toute illégalité.

PNR du Marais-Poitevin : loi bafouée et paysages pollués…dans le seul parc naturel régional de France à avoir été déclassé dans le passé !

Le comble est que le code de l’environnement est bafoué jusque dans le PNR du Marais-Poitevin.

Et que cela se passe dans le seul PNR de France à avoir été déclassé (janvier 1997 à mai 2014) !

Mais ce n’est pas tout : des communes ne trouvent rien de mieux à faire que de déroger, parfois de façon inconsidérée et sans même tenir compte des recommandations du ministère de l’Écologie, à l’interdiction de la publicité dans les PNR.

Et donc de polluer sciemment et « grossièrement » un territoire qui, sans cela, serait préservé.

FONTENAY-LE-COMTE (PNR du Marais-Poitevin) : des panneaux (lumineux) d’une surface 4 fois plus grande que le maximum autorisé à Paris !

Code de l’environnement bafoué
Aussi incroyable que cela puisse paraître,  notamment dans un parc, « on » laisse prospérer à Fontenay, en toute impunité pour les auteurs des infractions, des panneaux illégaux, y compris scellés au sol de grand format, qui comptent pourtant parmi les pires symboles de la pollution en matière d’affichage publicitaire.

RLP insensé
Mais ce n’est pas tout. Un exemple : le projet de règlement local de publicité pour la réalisation duquel la commune s’est fait accompagner par le cabinet « conseil » Cyprim, prévoit non seulement de déroger à l’interdiction de la publicité, mais d’autoriser, sur les trottoirs de Fontenay et dans un PNR, des panneaux (lumineux) d’une surface 4 fois plus grande que sur les trottoirs à Paris !

Ainsi, en 2018 et après le Grenelle, au moment où tous les citoyens sont invités à lutter contre le gaspillage énergétique et le réchauffement climatique, ce serait la collectivité elle-même, si ce projet insensé devait voir le jour, qui, au lieu de se montrer exemplaire en la matière, donnerait le mauvais exemple. Ce serait elle qui déciderait ainsi de polluer volontairement les voies dont elle assure la gestion, d’adopter une démarche écologiquement nuisible et, partant, de faire très exactement le contraire de ce qu’il convient de faire pour protéger l’environnement et même le contraire de ce qu’il est demandé de faire aux particuliers.

Tout cela dans un parc dit « naturel » !

Jusqu’à présent les efforts déployés pour entamer le dialogue avec la commune et le cabinet Cyprim se sont heurtés à un mur.

Il est temps, aujourd’hui, de mettre fin à de telles dérives.

Il y va de la crédibilité même du « label » PNR.