Paysages de France

Paysages de France
Le paysage, ça vous regarde !

Accueil / Actualités / La France prête à faire chez elle le contraire de ce qu’elle demande à Donald TRUMP de faire chez lui ?

La France prête à faire chez elle le contraire de ce qu’elle demande à Donald TRUMP de faire chez lui ?

14.05.2018

Communiqué de Paysages de France
Association agréée dans le cadre national
paysagesdefrance.org

Contact : 06 82 76 55 84

Un projet de décret propose d’autoriser l’installation de centaines de milliers de dispositifs publicitaires lumineux là où le Code de l’environnement les interdit !

Le ministère de l’Écologie vient de demander à quatre associations, dont Paysages de France de donner leur avis sur un projet de décret qui consiste ni plus ni moins à faire voler en éclats deux mesures du Code de l’environnement qui permettent notamment de mettre un frein à l’effarant gaspillage énergétique engendré par les publicités lumineuses. Cela, alors même que ces mesures répondent, plus que jamais aujourd’hui, à une urgence.

Le Grenelle de l'environnement avait, en 2012, interdit la publicité sur mobilier urbain (presque systématiquement lumineuse) dans les communes de moins de 10 000 habitants ne faisant pas partie d’une unité urbaine de plus de 100 000 habitants. De même, il avait interdit la publicité numérique sur mobilier urbain dans celles faisant partie d’une telle unité urbaine.

Aujourd’hui, le gouvernement, harcelé par le groupe de pression qui, entre 2009 et 2011, avait déjà exercé un véritable chantage pour que le gouvernement vide de leur contenu une grande partie des mesures arrêtées initialement, semble prêt, comme son prédécesseur, à remettre en cause des avancées essentielles.

Mais ce qui était déjà gravissime entre 2009 et 2011 prendrait, en 2018, l’allure d’une forfaiture.

Car les conditions ont changé du tout au tout.

Entre-temps, la COP21 est passée par là et la France s’est engagée haut et fort en faveur notamment de la lutte contre le réchauffement climatique, avec pour ambition d’être elle-même exemplaire et d’entraîner à ses côtés toutes les nations du monde.

La France ferait exactement l’inverse de ce qu’elle demande à Trump !

Récemment encore, le président Emmanuel Macron a adjuré amicalement le président des États-Unis d’Amérique, de ne pas remettre en question l’engagement pris à Paris en 2015.

Comment pourrait-il, en même temps, faire exactement l’inverse de ce qu’il demande à Trump et au monde de faire ?

Comment pourrait-il supprimer d’un trait de plume deux mesures du Code de l’environnement qui, précisément, limitent le gaspillage énergétique effréné auquel conduirait l’installation de centaines de milliers de panneaux lumineux supplémentaires sur les trottoirs de milliers de villes de France et jusque dans les plus petits villages .

Ce serait alors l’État français lui-même qui donnerait le contre-exemple de ce qu’il convient de faire !

C’est lui qui inciterait des dizaines de milliers de maires à donner à leur tour à leurs administrés – que l’on ne cesse d’inciter à économiser l’énergie – l’exemple inverse !

Bref, un scandale majeur et même planétaire !

Avancer et non reculer

Les associations ont été prévenues au beau milieu d’une semaine marquée par ces fameux ponts de mai dont profitent des millions de Français... et le ministère leur donne 8 jours  pour communiquer leur avis...

Raison avancée : ces mesures auraient fait l’objet d’un « consensus » (sic) !

Comment peut-on en arriver à de telles contrevérités ? Hormis les afficheurs et quelques-uns de leurs soutiens ou complices infiltrés ici ou là, strictement personne ne peut cautionner un tel texte, voire n’est simplement au courant. Et personne ne risque de l’être si les associations et les médias ne dénoncent publiquement cet invraisemblable projet.

S’il y a des mesures à prendre aujourd’hui, ce n’est certainement pas de démanteler les quelques garde-fous qui limitent la mise à mal de notre environnement et menacent l’avenir de la planète. C’est, au contraire, de travailler sur les mesures à prendre pour mieux le protéger.

Nicolas HULOT ne peut cautionner une telle forfaiture

Concernant l’affichage publicitaire et plus particulièrement la publicité lumineuse et numérique – qui, outre le gaspillage énergétique, a de multiples effets collatéraux sur l’environnement – Paysages de France a demandé à plusieurs reprises à Nicolas Hulot de mettre en place un groupe de travail pour dresser le bilan du Grenelle et envisager des mesures de renforcement de la protection de notre environnement.

C’est de cela seul dont il doit, bien évidemment, être question.

Certainement pas du contraire.

Une chose est certaine : le silence du ministre de l’Écologie sur ce projet de décret serait d’une extraordinaire gravité.