Paysages de France

Paysages de France
Le paysage, ça vous regarde !

Accueil / Actualités / RLPi de Marseille-Provence : Le « printemps marseillais » pour (pire que) rien ?

RLPi de Marseille-Provence : Le « printemps marseillais » pour (pire que) rien ?

06.01.2022

Communiqué du 6 janvier 2022

Contact : 06 82 76 55 84

Concocté pour l'essentiel selon le parti pris d'un cabinet d'études arc-bouté sur ses positions et empressé de ne surtout pas ouvrir le débat sur les questions de fond (enjeu climatique, respect du principe d'équité, exemplarité à laquelle se doit toute collectivité,   etc.), le projet de règlement de publicité intercommunal (RLPi) du territoire Marseille-Provence est probablement l'un des plus contraires à tout ce qu'il faut faire en la matière (voir observations de Paysages de France et Sites & Monuments déposées dans le cadre de l’enquête publique).

Un cabinet qui, comme d’habitude, se prévaut de la « volonté politique » que traduirait le projet. 

Étrange volonté politique, en effet, qui serait donc exactement la même avant et après les élections de juin 2020 puisque le projet lancé en 2018 a continué sur sa lancée sans s'écarter un instant de la logique qui, depuis le début, a prévalu. 

Est-ce à dire que la défiance des citoyens vis-à-vis des dirigeants politiques, nationaux ou locaux est fondée ? 

C'est à l'équipe actuellement en place, sourde jusqu'à présent aux appels qui leur ont été lancés, de répondre.

Une chose est certaine, les efforts déployés par Paysages de France pour aborder les questions de fond (et faire évoluer le projet) avec Roland GIBERTI, président du territoire Marseille-Provence, Benoît PAYAN, maire de Marseille, et Michèle RUBIROLA, première adjointe (voir notamment lettres ci-jointes du 3 décembre 2021), n'ont, jusqu'à présent, pas abouti. 

Alors que l’implication des collectivités face au péril climatique est un enjeu majeur, Roland Giberti, président du conseil de territoire Marseille-Provence, interrogé sur ce point dans le cadre de l’enquête publique, s’est borné à répéter le discours du cabinet « conseil » : « le RLPi n’a pas vocation à répondre aux enjeux relatifs au changement climatique ».

Face à un tel gâchis et à de tels reniements, Paysages de France a demandé, par  lettre recommandée avec accusé de réception, à être reçue par le maire de Marseille, sa première adjointe, ainsi que le président du conseil de territoire. S’il est trop tard pour refondre ce règlement, à tout le moins il convient de prévoir dès à présent sa révision. À défaut, Marseille-Provence deviendra un symbole du pire en la matière.

En savoir plus : 

Avis de Paysages de France et Sites et Monuments sur le projet de RLPi

Lettre à Benoît PAYAN, maire de Marseille

Lettre à Michèle RUBIROLA, première adjointe

Lettre à Roland GIBERTI, président du territoire Marseille-Provence