Paysages de France

Paysages de France
Le paysage, ça vous regarde !

Accueil / Actualités / Saint-Denis de la Réunion  : après les bâches publicitaires géantes, l’invasion de la publicité numérique

Saint-Denis de la Réunion  : après les bâches publicitaires géantes, l’invasion de la publicité numérique

11.08.2020

Communiqué de Paysages de France

La ville de Saint-Denis a souhaité maîtriser les dérives de l’affichage publicitaire sur son territoire au travers de la révision de son règlement local de publicité.
Cette intention louable se traduit symboliquement par la limitation à 16 m² des bâches publicitaires hors normes apposées sur des immeubles de plusieurs étages. Malheureusement, l’association Paysages de France, qui travaille actuellement sur plus de 200 règlements locaux de publicité dans toute la France, ne peut que dénoncer l’invasion massive des écrans numériques que permettrait ce nouveau règlement.

Des télévisions géantes dans toute la ville

Saint-Denis de la Réunion, comme la plupart des collectivités de France métropolitaine, a pris conscience de l’effet néfaste de ces écrans numériques énergivores, accidentogènes et agressifs aussi bien pour les piétons que les automobilistes. Ainsi, dans l’une des orientations de son projet, elle a « proposé d’interdire les écrans numériques [...] , mais de les autoriser cependant et exclusivement dans les zones d’activités avec une superficie maximale imposée. » (page 40 du Rapport de présentation)
Or les mesures contenues dans le règlement vont totalement à l’encontre de cette orientation, puisqu’il sera possible, hormis en ZP2 (secteurs patrimoniaux) d’installer des panneaux numériques dans toute l’agglomération de Saint-Denis, et ce jusqu’au format maximum défini par le Code de l’environnement, soit 8 m² !
Pire, Saint-Denis pourra autoriser ces télévisions géantes sur tous ses trottoirs au travers du mobilier urbain d’information, qui pourront donc diffuser également des publicités numériques, là encore jusqu’à un format maximum de 8 m². Aucune règle d’extinction nocturne n’a été fixée, les publicités pouvant rester allumées toute la nuit !
Si l’on ajoute à ce gaspillage énergétique les enseignes numériques autorisées en toutes zones (exceptée la ZP1), avec des formats gigantesques pour les enseignes sur façade, sans règle d’extinction plus contraignante que le code de l’environnement (de 1 h à 6 h), il faut se rendre à l’évidence : ce projet a été taillé sur mesure pour les afficheurs et les enseignistes, et les orientations définies initialement par la ville ont été totalement dévoyées.

Montage photo Paysages de France

De nombreux dispositifs à réglementer

L’objectif d’un règlement local de publicité est de limiter les dérives et excès que permet le Réglement national de publicité. La plupart des collectivités utilisent donc cet outil pour réglementer les dispositifs inutiles et fortement polluants : interdiction de la publicité lumineuse sur toiture, interdiction des enseignes de moins de 1 m² au sol (non limitées en nombre), réglementation des enseignes hors agglomération, interdiction ou limitation de la surface des enseignes sur toiture et des enseignes scellées au sol, etc. La ville de Saint-Denis a choisi de ne pas réglementer (ou à la marge) ces publicités et enseignes qui portent une atteinte grave à l’environnement et au cadre de vie des habitants.

Il n’est pas trop tard pour réagir

Le projet de règlement de publicité de Saint-Denis pourrait avoir un impact majeur sur les paysages urbains de l’île. Plus grave, l’omniprésence de la publicité sur son territoire entraînant un gaspillage énergétique et une incitation perpétuelle à la surconsommation menant à l’épuisement des ressources, va à l’encontre de la reconstruction écologique à mener.
Les collectivités locales ont, au travers des règlements locaux de publicité, une responsabilité cruciale dans la transition écologique. La ville de Saint-Denis ne pourra s’exonérer de cette responsabilité, chaque acteur, à quelque niveau qu’il soit, se devant d’accompagner les mesures nationales qu’il convient de mettre en place. Enfin, elle dispose ici d’une occasion formidable pour mettre en œuvre son slogan : « L’humain, pour nous c’est CAPITAL ! »
L’enquête publique actuellement en cours (jusqu’au 27 août) permet à chaque habitant de l’île de s’exprimer, qu’il réside ou non à Saint-Denis, au travers de l’adresse suivante : publicite@saintdenis.re

En savoir plus : 

Projet soumis à l'enquête publique (sur le site de la ville)

Observations détaillées de Paysages de France