Paysages de France

Paysages de France
Le paysage, ça vous regarde !

Accueil / Actualités / Les Chambaran sauvés d’un massacre annoncé

Les Chambaran sauvés d’un massacre annoncé

13.07.2020

En 2007, le groupe Pierre & Vacances (P&V) décidait d’implanter un complexe touristique composé d’un millier de « cottages » et d’une « bulle aquatique » à température constante dans la forêt des Chambaran en Isère. Cette forêt est un des secteurs emblématiques du département de par la diversité de sa végétation, la richesse de sa faune, dont une partie est protégée, et une zone humide importante devant impérativement être préservée.

À l’époque, le maire de la commune de Roybon s’est vite laissé séduire par les discours de P&V concernant ce projet, notamment par la promesse d’emplois, le développement touristique et économique de la région. Le département de l’Isère ainsi que la région Rhône-Alpes ont également soutenu financièrement ce projet avec les mêmes faux arguments que P&V, les questions environnementales n’étant pas un obstacle pour eux.

Mais tous les habitants de la région n’étaient pas dupes et une opposition s’est rapidement mise en place avec la création de l’association « Pour les Chambaran sans center parc » (pcscp). Les promoteurs ont réfuté, parfois avec ironie, voire un certain mépris, les arguments des opposants. S’en sont donc suivies de nombreuses actions en justice ; la dernière en date (6 mai 2020) est un pourvoi en cassation engagé par l’État (ministre de la Transition écologique) auprès du Conseil d’État contre la décision du tribunal administratif de Paris lui enjoignant d’être plus transparent, c’est-à-dire de communiquer l’intégralité de ses échanges avec P&V sur ce dossier.
Entre temps et depuis plusieurs années des zadistes se sont installés sur une partie de la zone pour tenter d’empêcher son massacre.

Le 8 juillet dernier P&V annonçait qu’il jetait l’éponge et renonçait au projet de center parc à Roybon.

Cette nouvelle est un immense soulagement pour tous ceux qui se sont battu pendant de longues années pour défendre les Chambaran. Cependant, les terrains appartiennent toujours à P&V et la vigilance devra rester de mise dans l’éventualité de nouveaux projets sur ce territoire. En attendant, on pourra continuer à écouter le brame du cerf et le chant des oiseaux et profiter de cette belle nature dont on a tant besoin aujourd’hui.

Toute la saga de ce dossier à retrouver sur http://pcscp.org, dossier révélateur de l’état d’esprit de certains élus locaux et ministres face aux problèmes environnementaux. La préservation d’un triton doré aurait-elle moins d’importance pour la survie de l’humanité que l’avidité d’un promoteur ?