Paysages de France

Paysages de France
Le paysage, ça vous regarde !

Accueil / Actualités / Langeais enfin débarrassée de ses deux verrues

Langeais enfin débarrassée de ses deux verrues

05.02.2020

Langeais , petite ville de moins de 5 000 habitants entre Tours et Saumur, est une des portes d'entrée du Parc Naturel Régional Loire Anjou Touraine. Comme dans toutes les agglomérations situées en PNR ne disposant pas d'un RLP, toute publicité y est interdite. 

Carrefour Market et son enseigne démesurée

Dès 2011, Paysages de France y relevait, ainsi que dans les communes environnantes, un grand nombre d'infractions (dont une vingtaine pour la seule grande surface Carrefour Market). Il faudra attendre la condamnation du préfet d'Indre et Loire en 2013 pour que celui-ci daigne enfin faire appliquer la loi. 

9 ans après le premier signalement au préfet, l'enseigne Carrefour vient enfin d'être démontée.

 L'enseigne illégale en 2011...


remplacée quelques années plus tard par une autre enseigne toujours aussi illégale...

malgré le refus d'autorisation de la DDT d'Indre et Loire.

  Le préfet refusant d'exécuter l'arrêté qu'il avait pris (un comble !), Paysages de France décide alors de porter plainte en décembre 2017 auprès du procureur de la République contre la société gérant le magasin.

Le 5 février 2020, soit 9 ans après le premier signalement, l'enseigne est démontée.

Une bâche publicitaire au pied du château !

En 2016, l'association relevait la présence d'une bâche publicitaire au pied du château de Langeais. Celle-ci cumulait une bonne partie des infractions du Code de l'environnement : publicité en agglomération dans un PNR, bâche publicitaire dans une commune de moins de 10 000 habitants, publicité supérieure à 4 m2, installation sur une porte, absence d'autorisation municipale, et enfin publicité sur un monument historique (même si la cave n'appartient pas au château). 

2016, bâche publicitaire pour un magasin de souvenirs et produits locaux

Fin janvier 2020, la bâche a disparu

Il aura donc fallu attendre 3 ans pour que la bâche soit retirée. L'arrêté de mise en demeure avec menace d'astreinte de 200 € par jour de retard en cas de non-exécution a sans doute fait pencher la balance !

On peut légitimement se demander pourquoi les services préfectoraux ont attendu si longtemps pour prendre cette mesure d'une efficacité redoutable.