Accueil du sitebannière
AccueilL’associationPublications, outils, supports pour les particulierssemestriel Action Paysage
N° 035 l’État l’affiche mal
vendredi 15 avril 2011

L’État l’affiche mal

Avec le jugement rendu le 16 décembre 2010 par le tribunal administratif de Versailles, c’est
donc la cinquantième fois que, à la suite de la saisine de la justice par Paysages de France, l’État est condamné à cause de la carence d’un préfet de la République. Une carence d’autant plus scandaleuse qu’elle a duré des années. Que,depuis 1992, l’association ne cesse d’alerter l’État.
Que les infractions concernées, commises une fois de plus dans un parc naturel régional,étaient toutes des délits. Compte tenu du nombre forcément limité d’actions que peut engager
l’association, laquelle ne saisit la justice qu’en dernier recours,on peut imaginer aisément l’ampleur que représente la délinquance en matière d’affichage publicitaire et d’enseignes.
Appel au président
de la République

Le 31décembre 2010,à l’occasion de ses vœux,le président de la République déclarait solennellement : « Le respect de la loi est intangible. On ne la bafoue pas ! » À l’occasion
de cette cinquantième condamnation, l’association Paysages de France, qui depuis près de vingt ans ne cesse donc d’interpeller les pouvoirs publics et,notamment, les ministres de l’Environnement ainsi que les ministres de l’Intérieur, demande que soit mis fin à la carence dont font preuve de manière quasi systématique nombre de préfets,y compris dans le département
où l’association a son siège. Alors que le débat sur l’identité nationale tel qu’il a été lancé en 2009
a pu susciter tensions et polémiques, la question du paysage ne peut que rassembler les citoyens.
Le paysage,« patrimoine commun de la nation » (loi du 2février 1995), c’est en effet le visage d’un pays. Empêcher qu’il ne soit agressé, dénaturé, outragé, faire respecter les lois destinées à le protéger des agressions qui le défigurent est donc non seulement un enjeu national, mais aussi un enjeu international dès lors que chaque nation a la responsabilité de gérer une parcelle
du patrimoine commun que représente, pour l’humanité, notre planète.

Documents joints à cet article :