Accueil du sitebannière
AccueilAffichage publicitaireDossiers
thème :
affichage
région, localité :
Paris et environs
Sur le Web
Pot de terre contre pot de fer

Site personnel de Christine R., habitante de Levallois-Perret et adhérente de Paysages de France, victime de l’afficheur Défi-France

Projet de RLP de Clichy-la-Garenne : réponse de Catherine Alfarroba au communiqué du 26-11-2007
mercredi 5 décembre 2007

Suite au communiqué de presse diffusé par Paysages de France le 26 novembre 2007, Catherine Alfarroba, maire-adjointe à l’urbanisme et présidente du groupe de travail qui a élaboré le projet de règlement de publicité de la ville de Clichy-la-Garenne, a envoyé le message ci-dessous au titre du droit de réponse.

L’association Paysages de France tient cependant à faire un certain nombre de remarques et à corriger les inexactitudes contenues dans le texte de Catherine Alfarroba.

L’association tient surtout à souligner que ce projet comporte notamment, outre le maintien des publicités de 12 m² au moment où des villes comme Villeurbanne, Auxerre, Montpellier ou encore Paris ont abandonné ce format, une dispositions clairement inacceptable que Catherine Alfarroba se garde bien d’évoquer dans sa réponse.

En effet, le projet prévoit d’autoriser l’installation non pas « éphémère », mais bel et bien permanente de publicités géantes le long du périphérique, ce qui était strictement interdit jusqu’alors*.

Paysages de France lance donc un appel au conseil municipal de Clichy pour qu’au moins soit rejetée cette disposition qui non seulement constituerait un recul considérable par rapport au régime général du code de l’environnement, mais irait à l’encontre de ce que vient de décider le maire de Paris, prendrait l’allure d’une prime à la délinquance en matière d’affichage publicitaire et, en tout état de cause, ne pourrait que nuire fortement à l’image de la ville.

1 - Catherine Alfarroba se prévaut du vote de la commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS). Or chacun sait que ces commissions sont dans la quasi-totalité des cas de simples chambres d’enregistrement, quand elles ne donnent pas un avis favorable à des règlements entachés d’illégalité ainsi que vient de le démontrer, récemment encore, Paysages de France.

Il faut savoir au demeurant que, cette commission était présidée par le préfet des Hauts-de-Seine, lequel avait refusé de mettre en demeure les afficheurs en infraction jusqu’à ce que l’association saisisse la justice…

2 - Catherine Alfarroba a toujours refusé d’inviter Paysages de France aux réunions du groupe de travail chargé d’élaborer le projet de règlement alors même qu’elle savait qu’une telle pratique était tout à fait légale. Les rencontres avec des représentants de l’association ont eu lieu en marge de ce groupe de travail au sein duquel, en revanche, les sociétés ayant violé durant des années et à grande échelle le code de l’environnement étaient représentées en nombre.

Qui plus est, Catherine Alfarroba n’a jamais informé l’association des travaux de ce groupe de travail dès lors que celui-ci s’est chargé de régulariser les infractions commises par certains des 5 afficheurs qui y siégeaient...

3 - Catherine Alfarroba oublie d’indiquer que l’association a été obligée de saisir la justice pour que les afficheurs en infraction soient mis en demeure de démonter leurs panneaux surdimensionnés et leurs publicités géantes installées en violation du code de l’environnement.

4 - Catherine Alfarroba évoque parmi ses préoccupations, la « résorption de l’habitat insalubre ».

Pourtant, la présence d’une immense publicité recouvrant pendant des années, en toute illégalité (cinq infractions cumulées) la totalité des fenêtres de la façade d’un immeuble à l’évidence insalubre, mais habité par des familles payant des loyers exorbitants (Paysages de France peut fournir les preuves), ne semble pas l’avoir émue outre mesure à l’époque des faits.

Force est de constater que le démontage de cette publicité n’est intervenu que lorsque cette situation scandaleuse a défrayé la chronique (voir notamment Le Canard enchaîné du 12 décembre 2005, « Les bâches besognes de la pub »), après un rassemblement de protestation organisé à l’initiative de Paysages de France avec le soutien de nombreux élus Verts (dont quatre parlementaires) et de parlementaires de l’opposition comme de la majorité, dont l’actuelle secrétaire d’État à l’Écologie.

5 - Catherine Alfarroba prétend que la publicité lumineuse « ne rentre pas dans le champ d’un règlement de pub. » parce qu’elle « est soumise à autorisation préalable. »

Rien n’est plus faux.

Non seulement la publicité lumineuse peut être réglementée dans un tel cadre, mais il est souhaitable qu’elle le soit et que des dispositions spécifiques soient prises comme c’est le cas dans de nombreux règlements récents et comme vient de le faire notamment la ville de Paris.

6 - Catherine Alfarroba, pour tenter de justifier l’autorisation d’installer des publicités géantes le long du périphérique (270 000 véhicules par jour) alors que Paris vient de les interdire, avance que « à [sa] connaissance, le projet parisien n’est pas tout à fait finalisé ».

On ne voit pas pourquoi il faudrait attendre que le projet de Paris soit complètement « finalisé » (il vient en fait de recevoir, lui aussi, l’avis favorable de la CDNPS) pour que Clichy renonce à vouloir autoriser les publicités géantes jusque-là interdites. Ceci d’autant plus que les médias se sont fait l’écho de la volonté du maire de Paris de ne pas céder aux demandes des afficheurs et de défendre un règlement qui, sur ce point, ne fait au demeurant que reprendre les dispositions du régime général du code de l’environnement, toutes choses que Catherine Alfarroba ne peut ignorer.

En tout état de cause, Catherine Alfarroba était bien placée pour savoir que l’ensemble des conseillers Verts de Paris réclamaient depuis des années, avec Paysages de France, l’interdiction à Paris de ce qu’elle propose aujourd’hui à Clichy.

7 - Catherine Alfarroba rappelle que l’un des objectifs des élus était de « réduire l’impact visuel de la pub »

Le projet de règlement prévoit, au contraire, la possibilité d’installer des publicités dont l’impact visuel serait considérable puisque ces publicités seraient installées sur des dispositifs gigantesques, là où elles seraient les plus visibles et les plus massivement vues (270 000 véhicules par jour).

Force est de constater au demeurant que, contrairement à ce qui se fait dans d’autres villes qui ont décidé d’abandonner les tristement célèbres panneaux 4x3le projet de règlement de Clichy se propose quant à lui de conserver ce format.

En tout état de cause, les mesures visant à réduire l’impact de la publicité dans tel secteur ne peuvent en aucun cas justifier les énormes dégâts objectifs et symboliques qui seraient occasionnés par la présence de publicités surdimensionnées là où les publicités seraient les plus visibles, les plus vues et où existe un enjeu qui dépasse de très loin le seul territoire de la ville de Clichy.

En effet, installer des publicités géantes le long du périphérique reviendrait non seulement à « sortir » du régime général un secteur de la ville de Clichy, à le polluer délibérément de façon massive et donc à mettre à mal le principe d’équité, mais également à « exporter » cette pollution massive sur un axe majeur de l’agglomération parisienne au moment même où Paris décide de mettre un terme aux débordements qui avaient transformé certains secteurs de cet axe en couloir publicitaire.

Il est donc désormais de la responsabilité du conseil municipal de Clichy de rattraper les choses et de faire en sorte que le projet qu’il votera ne comporte pas cet énorme recul et ne constitue pas un contre-exemple, mais représente au contraire un geste positif, en cohérence avec le signal donné récemment par le maire de la capitale.

L’association Paysages de France reste pour sa part convaincue qu’il suffirait d’un peu de bonne volonté pour qu’un consensus soit trouvé.

* Cette interdiction restera en vigueur tant que le conseil municipal n’aura pas approuvé le projet et que les mesures de publicité prévues par les textes ne seront pas prises.

DROIT DE REPONSE de Catherine ALFARROBA (27 novembre 2007)

En revenant de la Commission des sites (CDNPS) réunie ce jour en Préfecture, je prends connaissance de votre charmant message qui dénature totalement le contenu du règlement local de Publicité de Clichy.

Le vote intervenu en Commission a été favorable à la majorité absolue (12 pour) un voix contre (votre représentante,Madame Fisher que je connaissais auparavant comme ancienne maire-adjointe d’Asnières en charge du logement...) et une abstention.

L’objectif des Elus de Clichy a été de doter enfin la Ville d’un règlement pour plusieurs raisons :

  •  réduire l’impact visuel de la pub ;
  •  libérer l’espace public en supprimant au maximum les scellés au sol ;
  •  permettre à des co-propriétés, disposant de faibles ressources de faire prendre en charge le ravalement de l’immeuble en autorisant la pose de bâche éphémères... (3 mois) soumises à autorisation et acceptation par la collectivité du visuel.

    Résultat : sur 121dispositifs en place aujourd’hui, le règlement en "fera tomber" 80.

    Les Berges de la Seine seront sans publicité ainsi que tous les axes routiers et piétons principaux et les entrées de Ville.

    Je tiens à vous préciser qu’en séance, à la suite de mon introduction, Madame Fisher a bien voulu admettre que je l’avais reçue à deux reprises (ainsi que l’association RAP) et que de ce fait, elle avait été tenue au courant de l’évolution des travaux de la commission, mais également que j’avais pris en compte des suggestions de l’Association, notamment en ce qui concerne la surface des messages publicitaires.

    Vous reconnaîtrez que tout en respectant le vote de votre représentante, nous sommes loin de vos affirmations péremptoires.

    Quant à la publicité lumineuse, vous savez mieux que moi qu’elle ne rentre pas dans le champ d’un règlement de pub et qu’elle est soumise à autorisation préalable.

    Je vous invite à me proposer quelques dates afin que je vous expose les projets d’aménagement du secteur Entrée de Ville qui ne sera pas dénaturé par de la publicité.

    A ma connaissance, le projet parisien n’est pas encore tout-à-fait finalisé et dans le cadre de la Conférence métropolitaine à laquelle Clichy participe activement, nul doute qu’un jour ce sujet sera abordé (peut-être pas sous l’angle du "Grand Paris" annoncé par votre représentante). Dans l’immédiat, nos travaux communs portent sur des sujets vitaux pour les communes limitrophes que sont les transports, la résorption de l’habitat insalubre et plus largement l’offre de logement, au coeur du projet de SDRIF que je soutiens activement.

    Souhaitant que cette mise au point soit de nature à éclairer équitablement nos lecteurs, je vous prie d’agréer mes sincères salutations.

    Catherine ALFARROBA

    Maire-Adjointe à l’Urbanisme et à la Politique de la Ville de Clichy.

  • Articles de cette rubrique
    1. Rencontre des adhérents Bretagne
      22 octobre 2005

    2. Le démontage de la gigantesque enseigne de l’hypermarché Leclerc de Saint-Aunès (agglomération de Montpellier, Hérault) a eu lieu
      24 avril 2007

    3. Paysages de France signe une nouvelle victoire sur l’affichage publicitaire
      30 janvier 2002

    4. Infractions publicitaires : information du Préfet des Alpes de Haute-Provence
      21 septembre 2001

    5. De victoire en victoires
      29 juin 2001

    6. A 30 mètres au-dessus du vide, ils ont interpellé le maire d’Échirolles, le préfet de l’Isère... et la ministre de l’Environnement
      11 juin 1999

    7. L’association Paysages de France demande, en vain depuis fin 1999, au préfet du Gard et au maire d’Aigues-Mortes, de faire respecter, dans cette ville, une loi de protection de l’environnement.
      5 octobre 2000

    8. Des dispositifs publicitaires en infraction - dont certains de taille gigantesque - polluent depuis des années l’agglomération grenobloise où l’association Paysages de France a son siège.
      13 octobre 2000

    9. Nouvelle victoire de Paysages de France après "l’affaire Défi" : l’état condamné à verser 3 800€
      4 mars 2003

    10. Au moment même où Paris vient d’interdire les publicités géantes le long du périphérique,
      26 novembre 2007

    11. Affichage publicitaire à Clichy, ALERTE ! Un règlement pour les afficheurs mis en demeure, mais CONTRE PARIS et CONTRE L’ENVIRONNEMENT !
      28 novembre 2007

    12. Manifestation à Clermont-Ferrand le 1er juin 2002
      juin 2002

    13. Saint-Bonnet-de-Mure, périphérie lyonnaise
      juin 2002

    14. Paysages de France au JT de 20 heures du 4 février 2003, sur France 2 : compléments d’information
      6 janvier 2003

    15. Affichage publicitaire : grave dysfonctionnement en Isère, le préfet mis en cause par Paysages de France
      10 septembre 2003

    16. Première vague de démontage à Ploërmel (Morbihan)
      21 septembre 2006

    17. Affichage publicitaire illégal en Bretagne, jugement du 30/03/2006 du TA de Rennes
      3 avril 2006

    18. Démontage de plusieurs dispositifs géants JCDECAUX et Viacom à Clichy-la-Garenne
      12 juin 2006

    19. Le juge de proximité du tribunal d’instance de Dinan (Côtes-d’Armor) donne raison à Paysages de France
      9 mai 2006

    20. Nouvelle condamnation de l’Etat pour carence par le tribunal administratif de Rennes
      17 juillet 2006

    21. La charte d’"excellence" du Val de Loire en matière de publicité compromettrait le respect de la loi
      20 février 2006

    22. Nettoyage du paysage à Villars (Loire)
      20 novembre 2006

    23. Règlement Local de Publicité de Loudéac
      27 février 2007

    24. Communiqué de presse - 13 avril 2007
      13 avril 2007

    25. Communiqué de presse - 25 juillet 2007
      7 août 2007

    26. Opération RN 20 organisée par Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’ Etat chargée de l’écologie
      16 juin 2008

    27. Démontage de panneaux publicitaires (CBS OUTDOOR) à Privas, Ardèche : nouvelle victoire de Paysages de France
      17 septembre 2007

    28. Action du 15-9-2007 à Montauban et suite
      20 septembre 2007

    29. Vélib et règlement local de publicité (RLP) à Paris : un marché contre nature
      21 septembre 2007

    30. Projet de règlement de publicité de Paris : Alerte !
      26 septembre 2007

    31. Règlement de publicité de Paris : la fin des 4x3 !
      29 septembre 2007

    32. Grenelle de l’environnement : PRENEZ LA PAROLE !
      1er octobre 2007

    33. L’afficheur CBS OUTDOOR condamné
      4 octobre 2007

    34. Affichage publicitaire : la mairie de Montauban a décidé de continuer à autoriser les panneaux publicitaires 4X3
      27 janvier 2008

    35. Affichage publicitaire : double nouvelle victoire judiciaire pour Paysages de France
      23 octobre 2007

    36. Le règlement de publicité de Grenoble, bien qu’insuffisant est soumis au vote
      9 novembre 2007

    37. Le projet de nouveau règlement de publicité de Grenoble a été voté vendredi 9 novembre 2007
      12 novembre 2007

    38. Vote lundi 17 décembre 2007 du nouveau règlement de publicité de Paris : un premier pas qu’attend la France
      17 décembre 2007

    39. Règlement de publicité : Clichy à contre-courant ? Paysages de France et RAP lancent un appel au conseil municipal qui se prononce mardi 18 décembre 2007
      18 décembre 2007

    40. Projet de RLP de Clichy-la-Garenne : réponse de Catherine Alfarroba au communiqué du 26-11-2007
      5 décembre 2007

    41. Nouvelle condamnation de l’afficheur AVENIR (groupe JC DECAUX)
      21 janvier 2008

    42. RLP de Grenoble, un projet à contre courant
      28 janvier 2008

    43. RLP de Paris : Quand les délinquants de l’environnement font appel à la justice pour protéger leurs intérêts financiers
      16 janvier 2008

    44. Le projet de règlement de publicité de Montauban a été soumis à l’avis de la CDNPS lundi 11 février 2008
      15 février 2008

    45. Opération de Bâchage de panneaux publicitiares illégaux à Mazamet
      18 mai 2008

    46. Montauban : complaisance à l’égard des afficheurs, ça suffit !
      3 mars 2008

    47. Affichage publicitaire : l’Etat condamné cinq fois du fait de la carence de deux préfets et d’un maire
      6 mars 2008

    48. L’État condamné pour la 6° fois depuis Janvier 2008
      7 mai 2008

    49. La pub est-elle une agression ? Débat télévisé entre Jacques Séguéla et Pierre-Jean Delahousse
      8 avril 2008

    50. Corse : des mensonges grossiers pour instrumentaliser les élus !
      5 novembre 2016

    51. 3 préfets successifs ont refusé d’appliquer le code de l’environnement !
      6 janvier 2009