Accueil du sitebannière
AccueilAutres domaines d’actionLittoral, rivages lacustres
thème :
urbanisme
région, localité :
Littoral sud
Les Sables-d’Olonne : piscine ou paillote ?
août 2004

C’est sur un espace libre gagné sur la plage, dans l’arrondi de la baie, que l’on édifie, en 1950, ce que l’on appelle alors " un bassin sportif d’eau de mer chauffée". Mais le temps passe et, dans les années 90, on songe à rénover cette piscine qui, en effet, a déjà près d’un demi-siècle. Chacun a conscience alors qu’il faudra veiller à protéger le site et, en 1997, le maire écrit : " Il s’agit d’un espace urbain qui fait l’objet d’un maximum d’exigences, parmi lesquelles la vue appréciée de tous, ne pourra être occultée et tout projet ne pourra dépasser le niveau de la piscine actuelle. "

Mais en septembre 2003, tout bascule : un permis de construire est déposé et il inclut l’édification de deux dômes de 5,10 m de haut et d’une barre bétonnée qui occulte toute la vue. La mairie des Sablesd’Olonne veut en effet construire un restaurant privé d’une longueur de 42 mètres ! Ce restaurant n’étant pas autorisé à fabriquer sur place ne devra utiliser que des couverts jetables. Bref, la ville des Sables construit une " paillote " qui fonctionnera toute l’année sur le domaine public maritime...

Dès novembre 2003, l’association Défense du Quartier du Casino engage la bataille juridique et dépose un recours en référé suspension et un recours en annulation devant le tribunal administratif de Nantes. Mais, avant l’audience, la mairie des Sables retire son permis, ce dernier étant manifestement entaché d’illégalité (les autorisations prévues par la loi n’ayant pas été sollicitées).

En mars 2004, la Ville prend un nouvel arrêté de permis de construire. L’association riposte aussitôt et dépose de nouveaux recours devant le tribunal administratif de Nantes. Cependant, le 27 mai 2004, le tribunal rejette la demande de suspension de l’exécution de l’arrêté de permis de construire et, dès juin, l’ancienne piscine est entièrement détruite alors même que la demande de permis de démolir ne sera déposée qu’en... juillet.

En juillet toujours, la mairie prend un nouvel arrêté de permis de construire modificatif, preuve que le permis attaqué n’était sans doute pas irréprochable. Après cet arrêté modificatif, la ville des Sables obtient finalement les autorisations, mais la requête en annulation se poursuit. En effet, pour l’association, la concession de ce domaine était prévue pour une réalisation bien définie et en aucun cas pour un commerce privé, en l’occurrence un restaurant qui ne serait pas réservé aux utilisateurs de la piscine.

Aujourd’hui, c’est un sentiment d’amertume qui prévaut car les travaux se terminent désormais et il est très peu probable que, si le recours en annulation aboutit, il y ait démolition : il existe dans cette ville plusieurs immeubles dont les permis ont été annulés et qui sont toujours debout...

Contact :

Association Défense du Quartier du Casino
Mireille Geffard, présidente
85430 Aubigny