Accueil du sitebannière
AccueilAutres domaines d’actionCarrières
thème :
carrière
région, localité :
Alpes
Ouverture d’une carrière au col de Vars
mardi 7 mars 2006

Le préfet des Alpes-de-Haute-Provence vient de signer l’autorisation d’ouvrir une carrière au col de Vars ! Le col de Vars, qui est tout à la fois un lieu mythique, un site inscrit, une ZNIEFF ! Si, si, c’est possible ! À quand une carrière à la Case Déserte ? Les matériaux ne manquent pas ! La Commission des sites a pourtant donné un avis défavorable, suivant ainsi l’avis de la Direction régionale de l’environnement (Diren) qui estime qu’il y a "incompatibilité manifeste entre une carrière et ce lieu qu’est le col de Vars, du fait de sa double dimension paysagère et touristique ". Il ne s’agit pas d’un éboulis, comme a tenté de le faire croire le futur exploitant, mais d’un glacier rocheux. De toute l’Europe on y vient pour étudier la flore et la faune, ce type de site étant relativement rare.

Le rapport " Gomila ", diligenté à la demande de la Diren, confirme l’intérêt du site. On y relève en effet une espèce protégée en France, la primevère marginée, quatre espèces inscrites au livre rouge de la flore menacée en France, douze espèces inscrites à la liste rouge des espèces menacées en région Paca, six espèces dont la cueillette est réglementée dans les Alpesde- Haute-Provence et dans les Hautes-Alpes. Le professeur Lavagne, de la faculté d’Aix- Marseille, y signale la présence de plusieurs plantes rares comme la Pedicularis ascendens qui figure au livre rouge régional de la flore menacée, la Primula Halleri et la Primula Allioni, protégées au niveau national, et la Viola Laricicola, espèce nouvelle découverte en 2003. La faune n’est pas en reste. On relève un capricorne, le Brachyta borni, qui avait disparu et que l’on retrouve uniquement au col de Vars et dans la région d’Auron. Mais aussi dix espèces d’oiseaux d’intérêt patrimonial, concernés par l’annexe 1 de la directive oiseaux de la Commission européenne, la Convention de Berne, etc.

"Les impacts sur la faune et la flore n’ont pas véritablement fait l’objet d’une étude permettant d’assurer qu’il n’y aura pas d’impact. " "L’impact sur les paysages n’est ni suffisamment décrit ni estimé ", estime le Cemagref dont un expert a émis également de vives réserves sur les résultats à escompter de la revégétalisation du site.
Autrement dit, le paysage serait définitivement saccagé.

Un recours en annulation a été déposé par l’UDVN 04 auprès du tribunal administratif de Marseille.

Contact :
Union Départementale Vie et Nature 04 (UDVN 04)
Maison des Jeunes et de la Culture
Place de Leinfelden
04100 Manosque

Articles de cette rubrique
  1. Ouverture d’une carrière au col de Vars
    7 mars 2006